sommaire

 

 

 

 

Mai 1999: Le problème est posé:


menace de destruction du patrimoine maritime


M. Huet, chef de l'agence technique départementale (lettre jointe), a décidé de manière froidement technocratique de procéder purement et simplement à la destruction totale du patrimoine maritime (une trentaine d'épaves) encore présent dans l’arrière-port du GUILVINEC-LECHIAGAT.

L’intérêt patrimonial de tous ces vestiges est fortement reconnu par, en particulier, l'ASEB, association d’Archéologie sous-marine qui y trouve un sujet d’étude de la plus haute importance.

Et que dire du combat que mènent nombre d’associations de sauvegarde du patrimoine en général – et du patrimoine maritime en particulier – afin de réhabiliter et entretenir la mémoire sans laquelle toute Société n’existe pas ?

Et quel mépris pour le travail de ces seigneurs qu’étaient les charpentiers de marine, au savoir-faire remontant à l’Antiquité, ainsi que pour celui des marins-pêcheurs qui ont travaillé sur ces navires, faisant vivre leurs familles, nourrissant la population et favorisant toute une activité économique induite à terre !

Pour les artistes, peintres, photographes, maquettistes, anciens marins, ou simples touristes et promeneurs, ce lieu constitue un site chargé d’émotions qui se traduisent au niveau du plaisir du regard, de la contemplation, du rêve et du souvenir.

Combien de dizaines d’artistes, connus ou anonymes, n’ont-ils pas été séduits par ces structures plantées dans la vase, véritables œuvres d’art malgré les vicissitudes du temps et des éléments ?

Combien sont-ils à avoir créé sur la toile, le papier ou la pellicule photo de ces œuvres inoubliables qui enchantent les visiteurs des expositions d’art, contribuant par là-même à l’éducation de leur regard et à la formation de leur jugement esthétique ?

D’autre part, sans négliger la zone humide que constitue l’arrière port (premier maillon –producteur du phytoplancton- de la chaîne alimentaire marine), il est indéniable que la mise en valeur de ce site pourrait apporter à l’Office de Tourisme des communes riveraines un atout culturel et historique dans le cadre de la promotion du port de pêche.

Tous les amoureux du Patrimoine Maritime, ainsi que ceux qui l’ont mis en valeur dans le passé par leurs œuvres, et leurs continuateurs actuels, ne peuvent que demander la suppression du projet de " nettoyage technique " de l’arrière-port du GUILVINEC-LECHIAGAT.

Cl. P. 02/05/99 (lettre ouverte)

  plan du site