Réflexions photographiques, le site de Claude PERON

Accueil

Les "métalmorphoses" de Claude Péron

La Maison de la Fontaine accueille à partir de cette semaine le photographe Claude Péron et ses "Paysages à faire ailleurs ".

Claude Péron est venu à la photographie par hasard, par un heureux concours de circonstances. Cet enseignant de 47 ans, qui s'occupe de l'éducation d'une joyeuse bande de gamins de CM2 à l'école de La Cavale Blanche, s'est intéressé aux arts plastiques durant sa jeunesse au Guilvinec. Le photographe en herbe a tâté de l'argentique à la section photo de l'amicale laïque de sa commune et l'amateur d'art ne ratait jamais une occasion de visiter les expositions d'art contemporain proposées par l'association de l'Union des arts plastiques de Bretagne. Il a ainsi pu admirer en plein pays Bigouden des oeuvres de Bazaine, Alechinski ou Picasso. Après d'aussi alléchants débuts, le jeune homme investit dans du matériel photo dès son entrée à l'école normale d'instituteurs et consacre la majeure partie de ses temps libres à la prise de vues et au développement de ses clichés. Depuis trente ans maintenant qu'il pratique la photo, Claude Péron a aussi participé à l'animation de clubs photos, dirigé des séances en milieu scolaire, des stages de formation et pris part à des jurys. Résolument tourné, aujourd'hui, vers la photographie couleur, il s'est bien sûr branché sur le numérique et il propose sur Internet ses "Réflexions photographiques ".

 

Lumière naturelle

Depuis plus de quinze ans, Claude Péron participe à une exposition par an, principalement dans le Finistère et a obtenu d'honorables résultats à quelques concours, et notamment le premier prix inter-régional de la Gacilly en 1990, la 179ème place sur 9 000 au concours national du ministère de l'Environnement en 1993, et le 5ème prix au concours de l'Institut de géoarchitecture de Brest en 1994. Pour Claude Péron " C'est avant tout l'oeil qui commande. La création d'une image nouvelle est fonction d'images anciennes déjà enregistrées, conscientes ou inconscientes. Le hasard et l'expérience font le reste. " L'artiste réalise toutes ses prises de vues en lumière naturelle, sans filtre, et confie les tirages à des laboratoires. Il n'y a donc pas de " trucages" ou de bidouillages en labo, ses images sont brutes de révélateur. Depuis toujours intéressé par la matière, l'eau, la pierre, le sable, le photographe a travaillé sur les reflets de l'eau et de la mer, sur les traces dans le sable, la lumière en baie d'Audierne, les paysages minéraux (qu'il a exposés à,la Maison de la Fontaine en 1996). Il a fixé sur la pellicule les joueurs de galoche en Pays Bigouden, et s'intéresse désormais à la chose écrite dans le paysage, ainsi qu'aux passages piétons.

Dégradations

Les photographies réunies par l'artiste sous le titre " Paysages à faire ailleurs " sont toutes consacrées à de la ferraille plus ou moins rouillée. Les paysages métalliques de Claude Péron, richement colorés, graphiques, s'attardent sur les destructions, dégradations, oxydations, "vert-de-grisations", compressions, brisures ou écrasements, toutes les lentes métamorphoses subies par les objets de fer ou d'acier. L'enseignant, qui se tiendra à la disposition du public à la Maison de la Fontaine du 20 au 24 février, prépare le " défi-sciences" avec ses jeunes élèves. Sur le thème de la lumière, il leur fera découvrir le mystère de la chambre noire...

Guy PELLEN  (LE TELEGRAMME mercredi 6 février 2002)

Biographie

Expositions

Actualité

Galeries

Presse

Liens

Contact

Patrimoine

Blog

Archives

 

Plan du site

Aucune des photographies présentées dans ce site n'est libre de droits. Toute utilisation et toute forme de reproduction en est strictement interdite sauf autorisation écrite de l'auteur. Art L111 et L112 du code de la propriété intellectuelle.